Économie d’intrants.
Le sorgho,
c’est sûr.

Le sorgho a des besoins en intrants peu élevés

aussi bien au niveau des engrais que des produits phytosanitaires. La culture est, à ce jour, peu exposée à des attaques préjudiciables de bio agresseurs. Du fait de sa capacité à prélever effi cacement une grande partie de l’azote minéral disponible dans le sol, le sorgho nécessite des apports d’engrais azoté modérés. Il laisse très peu de reliquats solubles après récolte, ce qui contribue à réduire les pertes en nitrate dans l’eau. D‘ailleurs, un apport trop élevé en azote, associé à une forte densité et un stress hydrique important entre le stade gonflement et épiaison, peut augmenter le risque Macrophomina.

Le sorgho est peu exposé aux
maladies et ravageurs.

Des attaques parasitaires peuvent se produire mais le plus souvent, la pression reste faible et ne justifie pas d’intervention. Les cas les plus fréquents concernent les pucerons (notamment dans les pays de l‘Est).

Quantité d’azote absorbée par le sorgho pour produire une unité de production

Type de productionBesoin unitairePotentiel de production
Sorgho grain29 kg N/t< 5 t/ha
25 kg N/t5-8 t/ha
23 kg N/t8-10 t/ha
21 kg N/t> 10 t/ha
Sorgho fourrager
monocoupe
16 kg N/t< 10 t MS/ha
14 kg N/t10-15 t MS/ha
12,5 kg N/t> 15 t MS/ha

Non seulement le sorgho consomme peu d’engrais
azoté, mais en plus, 40 % de l’azote mobilisé par la
culture est restitué au sol sous forme organique, soit
60 à 80 kg d’azote intégrés dans l’humus du sol.

D'autres bénéfices

Débouchés

Alimentation animale

Vous et le sorgho. Dites-nous tout !

Voir le programme